Accueil Non classé Un drôle de caillou

Un drôle de caillou

0
0
22

Un drôle de caillou

Il pleuvait ce matin, Ninie regardait par la fenêtre, elle voudrait bien aller dans le jardin. Ses deux grands frères jouaient aux petites voitures dans le salon et ne veulaient pas jouer avec elle, alors, elle s’ennuyait.

« Viens avec moi, on va faire une tarte aux pommes , tu vas m’ aider pour installer les morceaux sur le fond de la tarte. »

Mélanie avait déjà étalé la pâte sur le moule, elle avait coupé les morceaux de pommes en tranches fines. Elle lui installa un tablier autour de la taille et Ninie s’installa sur une chaise pour se mettre à hauteur de la table, puis, prit les morceaux et essaya de les installer le plus joliment possible. La porte du jardin qui donnait directement dans la cuisine s’ouvrit et laissa passer Jean.

« Il fait un temps de cochon, on a bien fait d’en profiter hier à l’étang »

« Ça ne va pas durer, j’ai entendu ce matin à la radio que cet après-midi, le ciel devrait se dégager. »

Mélanie donna de nouvelles tranches de pommes à Ninie. La tarte commençait à bien se remplir.

« C’est pour ce midi » interrogea jean.

« Non, pour ce soir, ce midi, soupe de limaces et dessert au concombre. »

« Beurk ! C’est pas bon, je préférerais de la glace au chocolat » .

Ninie adorait le chocolat .

 

Effectivement, l’après-midi, comme l’avait prédit Mélanie, le temps se découvrit et les enfants purent aller dehors. Ninie mis donc ses bottes : l’herbe était trempée et elle ne voulait pas salir ses sandalettes , ni mouiller ses pieds. Elle ouvrit la porte et descendit les trois marches pour aller dans le jardin. Tout d’abord, aller voir ses copines, les poules. Jean avait installé un petit banc qui permettait à Ninie de pouvoir passer la main par dessus la clôture. Comme ça, elle pouvait jeter des grains de blé dans la basse-cour. Ensuite, elle se dirigea vers la petite maison de bois que lui avait construit son papy. Elle ne vit pas le caillou qui se trouvait sur son passage et s’étala de tout son long dans l’herbe mouillée. Elle se releva en pleurant. Mélanie qui nettoyait un par-terre de fleurs à quelques mètres se précipita et vint consoler Ninie. Et c’est en prenant sa fille dans les bras, qu’elle vit une drôle de chose : le caillou se déplaçait.

« Ah, ben ça alors, mais, qu’est ce que c’est que ça ? » demanda Ninie qui avait vu aussi le caillou bouger.

 

« C’est une tortue, mais, qu’est ce qu’elle fais là et d’où vient elle ?  Jean, les garçons venez voir.»

La tortue avait sorti la tête et regardait autour d’elle. Les garçons s’étaient agenouillés autour et essayait de caresser la tête de l’animal.

« Comment elle s’appelle ? On peut la garder ? Qu’est ce qu’elle, mange ? »

« Doucement les garçons, tout d’abord, elle appartient sûrement à quelqu’un, on va déjà commencer à chercher à qui. ». Jean prit la tortue et la déposa dans une caisse en bois avec de la paille, ensuite, il l’emmena sous la tonnelle. « Comme ça, on est sûr de la retrouver tout à l’heure. Jojo, va me prendre quelques feuilles de laitue, Jojo, va me chercher une carotte et, toi, Ninie, va m’attraper un carreau de chocolat ».

« Du chocolat ? Tu est sur que la tortue en mange ? »

« Non, c’est juste que je suis un gros gourmand ».

« Et Caroline ? Est ce qu’on va la garder ? »

« Parce qu’elle a déjà un nom ? »

« Ben oui, tu t’appelle bien Jean , toi » lui répondis Ninie.

 

La tortue s’était enfouie sous la paille et semblait s’endormir.

« On va la laisser tranquille ».

Mélanie et jean prirent les enfants par la main et s’écartèrent de la caisse ou s’était endormie la tortue.

Pendant que Mélanie téléphonait au vétérinaire, Jean allait discuter avec le facteur qui venait juste d’arrêter sa voiture devant la maison, il distribuait le courrier depuis tellement longtemps dans le village qu’il avait connu Jean en culottes courtes et connaissait tout le monde sur la commune. Mais lui non plus ne savait pas d’où venait Caroline.

« Mettez des affiches chez les commerçants du bourg, si j’entends parler d’une tortue fugueuse, je vous préviens tout de suite ».

Pendant ce temps, les enfants avaient sortis les crayons de couleur et commençaient faire des affiches colorées avec des tortues arc en ciel, violette, bleues.

« Si avec ça, on ne retrouve pas les propriétaires de caroline, je ne comprends plus rien, Ninie, mets lui aussi un chapeau sur la tête. »

Mélanie venait de raccrocher le téléphone : « j’ai aussi appelé mes parents, ils ne voient pas non plus d’où elle peut venir ».

Pendant ce temps, le chien Patou avait fais connaissance avec Caroline. Il reniflait la tortue; pas de plumes : ce n’est pas une poule ; pas de poils : ce n’est pas non plus ni un chat, ni un lapin, drôle de bête.

« Tu est quoi toi et tu t’appelle comment ? » semblait il lui demander.

La tortue levait la tête et lui touchait le bout de la truffe. Patou et Caroline avaient trouvé un moyen de s’entendre aussi différents qu’ils pouvaient être.

Mélanie entra dans la boulangerie et demanda si elle pouvait poser une affiche sur la devanture. La commerçante qui la connaissait bien lui montra l’endroit réservé à cet effet. « Une tortue ? c’est bien la première fois que j’entends ça. D’habitude, c’est plutôt des chats et des chiens. Si j’en entends parler, je te préviens. »

Mélanie en posa également à la boucherie, puis à la mercerie et finit sa tournée au café sur la place , juste en face de l’église. Personne n’avait entendu parler de la tortue, à croire qu’elle était descendue du ciel.

 

Lundi matin, jour d’école, Jojo avait le nez dans son bol de chocolat, Juju boudait ses céréales et Ninie chipotait ses biscuits. Mélanie avait emmenée la tortue de bonne heure chez Nanie et Patsi, elle n’avait pas le temps de s ’en occuper et ses parents devaient l’emmener chez le vétérinaire pour voir si la tortue qui n’était pas tatouée n’avait pas une puce , ce qui pourrait peut être permettre de retrouver son propriétaire.

« Dépêchez vous un peu » . Mélanie qui était maîtresse d’école devait arriver avant ses élèves pour pouvoir préparer sa classe et c’était Nanie qui emmenait ses petits enfants le matin. Elle venait juste d’arriver et accrochait son manteau dans l’entrée.

« Patsi passera dans la matinée le vétérinaire, on aura les résultats tout de suite, comme ça, je pourrai vous dire ce midi si on sait à qui est cette tortue ».

La matinée semblât longue aux trois petits. La sonnerie annonça enfin midi. Ils coururent vers la sortie.

« Alors ? »

« Alors rien, pas de puce, pas de tatouage, c’est une vrai énigme ».

« Qu’est ce qui est une vrai énigme ». C’était Raymonde, une vieille amie de Nanie qui demandait.

« Les enfants ont trouvé une tortue dans le jardin hier et on ne sait pas à qui elle est, pas de puce, pas de tatouage, Mélanie à mis des affiches dans les commerces, on verra bien si ça donne quelque chose ».

« Mais moi, je sais à qui elle est ».

« Ha bon ? »

« « Je suis sûre quelle est à Gaston ».

« Gaston ? Qui c’est ? »

« La ferme des libellules, celle qui est à la sortie , sur la route de l’étang de la vallée verte ».

A la fin de l’école, en fin d’après-midi, Nanie et Mélanie, accompagnées des enfants montèrent dans la voiture avec avec Caroline posée dans la caisse de bois dans le coffre. A un kilomètre de la sortie du village, la ferme des libellules était entourée par un grand mur, la voiture entra sous le grand porche et entra dan la cour de la ferme. Gaston les attendait.

« Ah, la voilà ma fugueuse, elle en a fait de la route ».

Ninie tenait la tortue et la tendit à Gaston, « Nous, on l’appelle Caroline ».

« Son vrai nom est Coralie, viens voir ses copines ».

Derrière la maison, dans un grand enclos, une trentaine de tortues se promenaient.

« Je ne savais pas que tu avais des tortues » lui dit Mélanie.

« C’est parce que c’est récent, je voudrais une ferme aux tortues ouverte au public, ça ferais venir du monde dans notre petit coin ».

« Comme tu en as plein, tu pourrais nous laisser celle là, elle ne te manquerais pas ? » . Ninie serrait la tortue et ne semblait pas décidée à la laisser partir.

« Elle va s ’ennuyer chez nous, elle sera mieux ici avec ses copines ».

Gaston qui voyait bien que la petite Ninie était triste lui dit :

« Justement, j’en ai parlé avec ta maman, viens voir avec moi dans la grange ».

Dans une grande caisse de bois posée au fond de la grange, la chatte de Gaston venait d’avoir des petits. IL avait proposé à Mélanie de prendre un des petits chats. Ninie s’approcha des chatons. Une petite boule de poil tendit la patte et commença à jouer avec la petite fille. Ninie donna la tortue à Gaston et prit le petit animal dans ses bras.

« Si tu me promets d’être gentil avec Coralie, je veux bien te la rendre ».

 

Jean rentra tard ce soir. Il était parti loin de la maison et ne rentra que tard dans la soirée. Mélanie qui l’attendais l’entraîna vers la chambre de Ninie.

« On a retrouvé le propriétaire de Caroline, je te raconterais tout à l’heure, viens d’abord voir ». La petite Ninie dormait avec lové dans ses bras le petit chaton.

 

  • La petite souris

    La petite souris     Depuis quelques jours, Juju avait une dent qui bougeait et …
  • le printemps

    le printemps     « Aujourd’hui, c’est le Printemps. » « Heureusement…
  • La neige

    La neige       Ce matin, en ouvrant les volets, Mélanie a eu la surprise de trouver le jar…
Charger d'autres articles liés
  • La petite souris

    La petite souris     Depuis quelques jours, Juju avait une dent qui bougeait et …
  • le printemps

    le printemps     « Aujourd’hui, c’est le Printemps. » « Heureusement…
  • La neige

    La neige       Ce matin, en ouvrant les volets, Mélanie a eu la surprise de trouver le jar…
Charger d'autres écrits par ventdesiles
  • La petite souris

    La petite souris     Depuis quelques jours, Juju avait une dent qui bougeait et …
  • le printemps

    le printemps     « Aujourd’hui, c’est le Printemps. » « Heureusement…
  • La neige

    La neige       Ce matin, en ouvrant les volets, Mélanie a eu la surprise de trouver le jar…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le mystère des pots de fleurs

Le mystère des pots de fleurs     « Dis donc, pourquoi as tu alignés les pots de…